Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Discours de l´Ambassadeur à l´occasion de la Fête Nationale du 3 octobre 2019

Dieter Reinl, Ambassadeur

Dieter Reinl, Ambassadeur, © Ambassade d'Allemagne

04.10.2019 - Article

Excellence, Monsieur l’Ambassadeur,

Mesdames et Messieurs les Députés,

Mesdames et Messieurs les Représentants des institutions burundaises,

Excellences,

Chers collègues du Corps diplomatique et des organisations internationales,

Chers Compatriotes, liebe Landsleute,

Mesdames et Messieurs,

Chers amis,

Mwiriwe neza.

Mon épouse et moi sommes très heureux que vous ayez accepté notre invitation et que nous puissions vous accueillir aujourd'hui à cette réception à l'occasion de la Journée de l'unité allemande.

Kaze murisanze. 

Aujourd'hui, cela fait 29 ans, que notre pays célèbre sa réunification. Elle a été précédée de plus de 40 ans de séparation douloureuse, résultat d'une guerre meurtrière déclenchée par les Allemands, guerre qui a fait des millions de morts en Europe et dans le monde.

La fin de la guerre a été, comme l'a dit déjà en 1985 notre président fédéral à l’époque, Richard von Weizsäcker, une libération pour l'Allemagne malgré la défaite militaire, puisque la fin de la guerre signifiait également la fin de la terreur et de la tyrannie nationale-socialiste.

Seuls, les Allemands de la partie occidentale de l'Allemagne, la République fédérale d'Allemagne, cependant, étaient devenus véritablement libres en raison de l'ordre d'après-guerre, la « guerre froide », qui s'installait. Les familles de ma femme et de moi-même en faisaient partie. Nous sommes tous les deux extrêmement reconnaissants de ce don précieux de pouvoir vivre toute notre vie, dès la naissance, en liberté.

Pour les Allemands de la RDA, par contre, la fin de la guerre ne s'est pas accompagnée de la liberté. Après des années de tyrannie nationale-socialiste, ils se sont retrouvés dans une autre dictature, cette fois-ci une dictature d'un régime communiste. Cela signifiait, une fois de plus, le déni et la restriction des libertés individuelles – de la liberté d'expression, de la liberté de réunion, de la liberté de la presse ainsi que de la liberté de voyager. Cela signifiait pour pas mal de concitoyens aussi des arrestations arbitraires et parfois aussi de la torture. 

-------

Mesdames et Messieurs,

en 1989, la RDA était sur le point de célébrer en grande pompe le 40e anniversaire de son existence, alors que ses citoyens avaient décidé depuis longtemps qu’ils ne voulaient plus vivre dans un tel pays, qu’ils voulaient le changer. En 1989, le mouvement des citoyens de la RDA a réussi à canaliser leur mécontentement face aux circonstances et leur colère contre le régime en une protestation pacifique, qui a gagné en force au cours des fameuses manifestations du lundi dans tout le pays.

Le slogan « Nous sommes le peuple » en tant qu'expression de la libre autodétermination est devenu synonyme de la lutte pour la liberté, qui a finalement abouti au succès avec la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989. Dans quelques jours nous célébrerons son 30ème anniversaire.

Certains d’en souviennent peut-être encore, avec la chute du mur de Berlin,

Mesdames et messieurs,

n'était pas encore dit un mot sur la réunification. Beaucoup de modèles étaient concevables – une fédération, une confédération ou encore deux États séparés! Peu de temps après, cependant, les développements se dirigeaient vers une Allemagne réunifiée. Mais pour cela un vote du parlement de la RDA, qui existait encore, était nécessaire.  Nos compatriotes de la RDA ont pu élire un parlement pour la première fois lors d'élections libres en mars 1990, après plus de 60 ans d'exercice totalitaire du pouvoir par les nationales-socialistes et les communistes. C'était le premier et le seul parlement de la RDA élu par ses citoyens dans des élections libres. Et c’était ce même parlement qui, par sa résolution du 23 août 1990, a finalement approuvé la réunification par adhésion à la République fédérale d’Allemagne.

-------

Mesdames et messieurs,

Après la liberté immédiate de voyager après la chute du mur, les élections libres ont été pour nos compatriotes de l'Est le deuxième grand rendement de leur lutte pacifique. Des élections libres, transparentes et inclusives sont le fondement de toute évolution démocratique. Ils garantissent la concurrence politique pour les meilleures offres aux citoyens en matière d’organisation de la vie politique, économique et sociale. Cette concurrence doit pouvoir se dérouler sans crainte de répression et selon des règles justes et équitables.  Les violations d'un processus électoral équitable et indépendant, d’où qu’elles viennent, doivent être sanctionnées de manière fiable. Ces principes doivent être respectés en toutes circonstances.

Pour mon pays, Mesdames et Messieurs, la réunification a été un véritable coup de chance dans l'histoire. D'abord et avant tout, c'est sans aucun doute grâce à l'engagement courageux et pacifique de nombreux compatriotes en RDA de l’époque. Par contre, Il n'aurait toutefois pas été concevable, si les conditions cadres politiques - à commencer par les mouvements de libération en Europe de l'Est jusqu'à l'accord non évident des puissances alliées - ne l'avaient pas rendue possible. Nous leur en sommes toujours extrêmement reconnaissants.

-------

Depuis la réunification, l'Allemagne est encore plus déterminée que jamais à assumer ses responsabilités dans la politique internationale et à relever les défis mondiaux de l'avenir. Ce faisant, l'engagement en faveur des droits de l'homme, l'aide solidaire dans les situations d'urgence humanitaire, mais aussi la lutte contre le changement climatique, la résolution des problèmes liés au développement démographique, la rareté des ressources et les mouvements migratoires revêtent une importance capitale. Cette année et l'année prochaine, en particulier, lorsque nous serons membres du Conseil de sécurité des Nations Unies, nous voulons en faire preuve de manière particulière.

Faisant cela, une chose est claire pour le gouvernement allemand : ce n'est qu'ensemble que nous pourrons relever les défis. C'est pourquoi nous promouvons une alliance de multilatéralistes, qui s’est manifestée lors de l’Assemblée Générale des Nations Unis la semaine dernière. Cette alliance par sa conviction, que c’est « ensemble que nous sommes plus forts  » se veut une meilleure alternative aux tendances d'une politique singulariste de »Notre pays d'abord« . 

-------

Mesdames et messieurs,

Cela inclut également notre ancrage solide et ferme dans l'Union européenne. Que ce soit à Washington ou ici au Burundi, l'Allemagne cherchera toujours la coordination avec ses partenaires européens et les délégations de l'Union européenne. La voix allemande sera toujours une voix européenne ! Avec mes collègues des États membres de l'UE représentés ici, j'espère donc pouvoir accueillir bientôt le nouveau chef de la délégation de l'UE ici à Bujumbura. Je me réjouis d'ores et déjà d'une coopération fructueuse au sein de l'équipe européenne, alors à nouveau complète, pour façonner nos relations avec notre beau pays hôte.

-------

Mesdames et messieurs,

L'Union européenne et ses États membres restent les principaux donateurs en termes de coopération, malgré la suspension temporaire de la coopération directe avec le gouvernement burundais. Je tiens à réitérer ce point parce qu'il est souvent détourné ou revendiqué autrement. Une coopération intensive en faveur de la population burundaise se poursuit à travers de nombreux projets propres de l’UE et de ses Etats Membres, de même que par un soutien financier à des programmes menés par d'autres organisations, en toute conformité avec le plan national de développement. Je me réjouis du fait que l’Allemagne peut contribuer à ses efforts de manière significative, avant tout par l'intermédiaire de la GIZ et de la KfW, mais aussi par d'autres organisations.

Avant de conclure je me permets d’adresser quelques mots en allemand à nos compatriotes allemands.

---------

Liebe Landsleute,

die deutsche Wiedervereinigung ist für uns Deutsche ein Glücksfall der Geschichte. Lassen Sie uns deshalb den Tag der Deutschen Einheit auch hier in großer Entfernung von unserem Heimatland mit Freude und fröhlich begehen. Meine Frau und ich freuen uns, dass Sie hier sind und wir heute gemeinsam feiern können.

-------

Sur le plan personnel mon épouse et moi voulons dire un grand merci à tous et à toutes ci-présents pour l’accueil chaleureux que vous nous avez réservés dès notre arrivée au Burundi.

--------

Mesdames et Messieurs,

nous tous, Burundais ou Étrangers, vivons une période passionnante. Peu importe où on est ou à qui on parle, les élections de l’année prochaine sont d’ores et déjà omniprésentes! Espérons que pour le peuple burundais, les élections constitueront alors un jalon aussi important pour un avenir prometteur de paix et de croissance que la réunification allemande l'a été pour l'Allemagne.

Dans ce contexte, Abarundi bose ndabifurije kazoza keza.

Je voudrais donc vous inviter à lever vos verres à célébrer cette journée de joie pour nous Allemands, aux relations germano-burundaises et burundo-européennes et à un avenir prometteur du Burundi.

Merci beaucoup ! Murakoze cane.

 

Retour en haut de page