Bienvenue sur les pages du Ministère fédéral des Affaires étrangères

Agir de manière résolue au lieu de se contenter de réagir : la présidence allemande du G7 en 2022

Logo de la Présidence allemande du G7 en blanc sur fond bleu.

Logo de la Présidence allemande du G7, © Gouvernement fédéral

01.01.2022 - Article

Le 1er janvier 2022 débute la présidence allemande de douze mois du G7. Annalena Baerbock définit un programme de prévention et de transformation pour les ministres des Affaires étrangères du G7, axé sur la crise du climat, la pandémie et le renforcement de la résilience des démocraties.

Concertations sur des thématiques de politique extérieure et de sécurité au cœur des activités

Les concertations étroites, informelles et basées sur la confiance au sujet des défis et crises de la politique extérieure et de sécurité entre les ministres des Affaires étrangères du G7 constituent un point central de l’ordre du jour. Le G7 représente une plateforme unique qui constitue une force motrice pour la résolution des conflits et la gestion de défis stratégiques sur la base de nos valeurs communes. Au cours de la présidence allemande, nous souhaitons également continuer sur cette lancée. Le nombre de crise actuel ne faiblira malheureusement pas en 2022.

Des démocraties performantes et libérales avec un socle de valeurs communes renforcé

Les défis internationaux ne pourront être relevés que si nous unissons nos efforts. Pour le G7, cela signifie que nous, en tant que démocraties libérales dévouées au multilatéralisme, devons définir ce pourquoi nous nous battons, au lieu de toujours nous concentrer sur ce à quoi nous nous opposons. 
 - Annalena Baerbock, ministre fédérale des Affaires étrangères

Mais cela va plus loin : L’Allemagne s’est donné pour objectif de renforcer encore le socle de valeurs communes du G7. Nous souhaitons pour cela ancrer encore davantage les sujets importants ayant trait aux droits de l’homme dans des domaines tels que l’intelligence artificielle, l’égalité des sexes ainsi que dans le cadre de l’obligation de rendre compte pour des violations des droits de l’homme. Nous souhaitons dans le même temps travailler pour que les démocraties libérales demeurent performantes et continuent à véritablement s’accompagner d’une plus grande liberté, d’une sécurité renforcée et d’une prospérité durable pour les Citoyens.

Un fil conducteur axé sur un programme de prévention et de transformation : la crise du climat parmi les trois thématiques principales

La crise du climat n’est pas le seul sujet à démontrer l’importance d’une action commune, prévoyante et précoce. Nous souhaitons donc employer la force créatrice du G7 au profit d’un programme résolu de prévention et de transformation :

Agir avant qu’il ne soit trop tard : C’est le principal message dont nous souhaitons discuter avec les ministères des Affaires étrangères, qu’il s’agisse de la crise du climat, de la lutte contre la pandémie ou encore de la résilience des démocraties. 
- Annalena Baerbock, ministre fédérale des Affaires étrangères

  1. La nouvelle aggravation de la crise du climat s’accompagne non seulement de souffrances pour certaines personnes, mais également d’une exacerbation des conflits dans différentes régions du monde. La politique climatique est également une politique de sécurité préventive, soit un aspect essentiel de notre politique étrangère et de notre présidence du G7. Nous souhaitons développer de manière approfondie l’engagement climatique du G7. Les partenariats énergétiques et climatiques représentent une véritable chance pour une prospérité durable, en particulier pour les pays qui dégagent beaucoup d’émissions de CO2 ou qui dépendent largement des énergies fossiles. Il sera également question de développer dans le cadre du G7 l’aide humanitaire préventive afin d’amortir notamment les conséquences du dérèglement climatique ainsi que de mieux comprendre ensemble le lien entre climat et sécurité.

  2. Nous souhaitons renforcer le multilatéralisme au cours de notre présidence du G7. Nous ne pouvons faire face à des crises telles que la pandémie de Covid-19 qu’en y faisant bloc ensemble et nous devrons réagir aux futures crises de manière précoce et y trouver une réponse commune, fondée sur la science et les avis des experts. Les Nations Unies offrent ici le meilleur cadre. Les ministres des Affaires étrangères du G7 œuvreront donc également à la consolidation de l’architecture sanitaire mondiale et pour une juste répartition durable des vaccins à travers le monde.

  3. En tant que partenaires du G7 partageant les mêmes valeurs, nous souhaitons tous renforcer la résilience de nos démocraties. Les campagnes de désinformation représentent en effet un véritable danger pour nos sociétés ouvertes. Nous prévoyons donc également de mettre des projets à l’ordre du jour visant à améliorer la cybersécurité dans certains pays partenaires hors du G7 ainsi qu’à réaliser des investissements futurs au profit d’infrastructures internationales communes.

Piliers de la présidence de 2022

Les « traditionnels » piliers figurant à l’agenda des ministres des Affaires étrangères du G7 en 2022 sont deux rencontres prévues entre chefs et cheffes de la diplomatie, l’une en mai 2022 et l’autre à l’automne 2022. Comme chaque année, une réunion commune des ministres des Affaires étrangères du G7 est en outre programmée en marge de l’Assemblée générale des Nations Unies en septembre 2022, où il est en général question de sujets d’actualité comportant un lien avec le multilatéralisme.

Consolidation des relations avec des partenaires hors G7 qui partagent nos valeurs

Les États du G7 ne restent pas entre eux : l’Allemagne invitera elle aussi des pays tiers qui défendent des valeurs communes telles que la liberté et l’état de droit. Au cours des deux prochaines rencontres des ministres des Affaires étrangères, nous porterons tout d’abord notre regard sur des États d’Afrique puis sur des États de la zone Pacifique.

 


Retour en haut de page